Frais de notaire : que faut-il prendre en compte ?

DirectImmobilier Immobilier Frais de notaire : que faut-il prendre en compte ?

Les transactions immobilières incluent tout une panoplie de démarches administratives que l'acheteur, tout comme le vendeur, doivent maîtriser afin de ne pas ralentir les affaires ou même de se faire arnaquer. En effet, le milieu immobilier ne manque pas de personnes mal intentionnées, qui attendent les plus naïfs au tournant.

Ce dont il faut tenir compte lors de l'acquisition d'un bien immobilier, ce sont les frais que ce dernier engendrera suite aux procédures d'achat. On parle notamment, de frais de notaire, dont peu de gens étrangers au domaine de l'immobilier connaissent réellement la définition. L'objet de cet article est donc de définir ce que sont les frais de notaire et comment faire pour calculer ces derniers.

Que désignent donc les frais de notaire ? 

Contrairement à ce que laisse penser leur nom, les frais de notaires ne concernent pas uniquement les frais qui seront reversés au notaire concerné par la transaction. Ce n'est même qu'une petite partie d'entre eux, aux alentours de 20% pour être un peu plus précis, qui iront dans les poches de ce dernier. Le reste, soit 80% des frais de notaire, sont reversés à l'Etat en tant qu'impôts et taxes collectées. 

Les frais de notaire sont prélevés sous forme de pourcentage sur le montant de la transaction et ce dernier va varier en fonction de certains facteurs et plus particulièrement, selon le fait qu'il s'agisse d'un bien immobilier neuf ou ancien. frais notaire

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la signification de ces deux termes, sachez qu'un bien immobilier est considéré comme neuf si sa construction remonte à 5 ans ou moins, s'il est en cours de construction ou si sa construction est prévue. 

En revanche, si l'immobilier est fini depuis une période supérieure à 5 ans, on dit de lui qu'il est ancien. Les frais de notaire pour l'immobilier neuf se situent entre 2 et 3% du montant de la transaction, tandis que pour l'ancien. Ces derniers grimpent à pas moins de 8% du montant total. 

Notez qu'en France, c'est l'acquéreur, c'est à dire celui qui achète le bien immobilier, qui est chargé de s'acquitter des frais de notaire, peu importe le cas de figure.

Comment faire pour calculer les frais de notaire ? 

À présent, vous savez ce que veulent dire les frais de notaire, comment ils sont répartis et qui doit s'en acquitter, voyons comment faire pour les calculer. 

Grâce à la technologie et à l'avancée d'internet, des dizaines de sites web vous proposent aujourd'hui, de calculer automatiquement vos frais de notaire lors d'une acquisition. Vous n'avez qu'à entrer quelques données concernant la transaction et le tour est joué. En l'occurrence, voici les informations qu'il vous sera demandé de remplir en règle générale : 

  • Le type du bien, qu'il s'agisse d'un bien neuf, ancien ou encore d'un terrain à acquérir ;
  • la région dans laquelle se trouve le bien immobilier dont il est question, plus précisément le département ;
  • le prix d'acquisition du bien immobilier ;
  • la méthode d'acquisition du bien immobilier, c'est à dire avec ou sans emprunt. S'il s'agit d'un emprunt, il va falloir préciser la nature de ce dernier (avec ou sans garantie hypothécaire).

Certains calculateurs de frais de notaire pourront vous demander des informations supplémentaires afin de maximiser la précision du résultat, toutefois, elles restent facultatives. Vous savez maintenant, tout ce qu'il y a à savoir à propos des frais de notaire.